Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Rassembleur  d'Etincelles -

Un écrivain journaliste partage avec vous son univers, ses passions, ses coups de griffe à l'actualité et sa passion de la musique des mots

Régine Sobol. Une citoyenne française devenue "sans papiers".

Publié le 6 Janvier 2013 par Sylviane Sarah Oling in FIL ROUGE..

J'ai rencontré pour la première fois Régine Sobol et son mari Nathan en 1994. Journaliste, j’avais créé une émission pour une radio lyonnaise, RJL, où je donnais la parole à des  enfants de déportés, entre autres. Ils furent, parmi les invités que je reçus, ceux qui suscitèrent le plus de réaction  des  auditeurs.  En 1995, avec leur aide, j’initiais une émission de télévision sur ce même thème. Je fus accueillie, avec d’autres témoins, sur le plateau de TLM,  par Frédéric Lopez, le créateur sur France 2 de « Rendez-vous en terre inconnue ». Il  débutait alors sa carrière à Lyon, sa ville natale.  Les liens avec Nathan et Hanna  Sobol se consolidèrent  au  cours d’un nouvel acte de confiance. Je fus chargée de mission au Centre d'Histoire de la Résistance et de la Déportation de Lyon pendant de nombreuses années. Je recueillais  les témoignages de résistants, de déportés et, dans leur cas, d'enfants cachés. Ils  me confièrent leur histoire, une histoire d'enfants déplacés, de fuite à travers la France de peur et de deuils. Témoignages qui demeurent dans les archives du CHRD.

 Depuis, Nathan est décédé, le 15 janvier 2010 et Régine doit reprendre le véritable combat de l'ensemble des démarches administratives d'une vie citoyenne, dont le renouvellement de ses papiers d'identité. Une situation kafkaïenne, que j'ai déjà entendue, mais à une puissance bien supérieure dans son cas... Régine est née le 20 mai 1939, à Nancy (54), au sein d'une famille de juifs ashkénazes (venus principalement de Pologne) . Le 30 janvier 1940, toute la famille de Régine doit être naturalisée sur ordre du gouvernement français. En 1943, sous le régime de Vichy, ils furent déchus de cette même nationalité française, par décret. La mention de cette déchéance de nationalité est inscrite sur le livret de famille, mais il n'y eut jamais de réintégration officielle au sein de cette même nation française. Depuis 1943, Régine et sa famille sont dans un statut flou, ni officiellement français, ni étrangers, un vide juridique…

Régine a pu obtenir le renouvellement de ses documents d'identité sans aucune difficulté jusqu'en juin 1987. Depuis, une situation ubuesque et qui serait digne d'un mauvais scénario de films de série B, si elle n'était pas tragique dans ses conséquences corrosives, s'est mise en place.

En Juin 1987, donc, en plein procès Barbie, Régine demande le renouvellement de sa carte d'identité arrivée à expiration et se voit opposer  un premier refus de la préfecture du Rhône, malgré tous les justificatifs fournis attestant de l'identité française de Régine Goldkranc, épouse Sobol. la famille sollicite l'intervention de la Licra, qui, par l'intermédiaire de Maître Jakubowicz, finit par obtenir gain de cause.

Dix ans plus tard , en 1997, le même scénario se reproduit.. Nouveau refus de renouvellement, pour différents prétextes. Cette année-là, c'est par le biais d'une intervention auprès du député du Rhône, Jean Besson, par ailleurs Vice-président du Conseil Régional de Rhône-Alpes, que le renouvellement de ce précieux et indispensable document peut aboutir, après , tout de même, l'intervention de trois ministres, dont le celui de l'émigration et de l'intégration!

2008, bis repetitae.. Nouveau refus de renouvellement de carte identité. Cette fois-ci, le prétexte invoqué est la mention de changement de régime matrimonial. Régine Sobol écrit une lettre ouverte au Président Nicolas Sarkozy, après nouvelle intervention des ministres concernés; elle peut obtenir sa nouvelle carte d'identité.

Le dernier épisode de ce psychodrame a eu lieu en décembre 2012. Régine demande le renouvellement de son passeport à la Mairie de Saint Genis Laval, où elle réside. Elle se voit opposer un refus de la mairie de présenter le dossier à la Préfecture pour le motif suivant: " l’époux décédé de madame Sobol avait été adopté en 1990 par son beau père. Sur l'acte de naissance de Régine, il devait être porté la mention "épouse Sobol Swornik". Sur la carte d’identité renouvelée en 2008, il avait été simplement fait mention du nom de « Régine Goldkranc épouse Sobol » au lieu de « Epouse Sobol Swornik ».

 Régine Sobol explique alors le contexte qui a présidé à ce changement de nom. « Le père de mon mari   ayant été exterminé a Auschwitz,  Nathan Sobol avait quatre ans lorsque sa mère, elle-même survivante, rencontre son beau père à la fin de la guerre, ils se sont marié en 1947 et Mr Swornik n'avait alors pas adopté les deux enfants de son épouse, dont Nathan. Cette adoption s'est faite à la mort de la mère de Nathan en 1990. Le nom de Nathan devient, du fait de l'adoption "Sobol Swornik", mention faite alors sur l'ensemble de tous ses documents. »

 Régine garde, elle, son nom d’épouse «  Sobol » et non «  Sobol Swornik ».  Ce qui pourtant n'avait posé aucun problème depuis près de 23 ans devient aujourd'hui le prétexte invoqué pour ne pas lui renouveler ses papiers.

La conséquence de ce nouveau refus est très grave , puisque elle invalide la carte d'identité ainsi que l'ensemble des documents officiels de Régine Sobol, son passeport expirant en mars 2013 et n’ayant pas été renouvelé. Madame Sobol , de ce fait, se retrouve en situation d'être une "sans papiers" sur le sol français où elle est née. Elle ne peut, de plus, pas  sortir du territoire français.

Elle a fait appel à la presse à travers moi en désespoir de cause. Elle m'a confié se sentir rejetée par la nation française, et subir à chaque fois l'humiliation de se sentir une Française de seconde zone, alors que la France pour ses parents avait été une terre de refuge. Elle et son mari ont donné à ce pays deux enfants brillants, dont l'un, Hagay Sobol,  est un professeur de médecine reconnu dans le monde entier, spécialiste en génétique du cancer et l'autre, Serge Sobol,  docteur en chirurgie dentaire, implantologue conférencier..

J'ai pu avoir accès à un dossier édifiant de documents dont certains remontent à 1940.

Régine Sobol me dit qu'après avoir reçu la nationalité française en 1940, puis qu'elle lui soit retirée par décret, elle souhaiterait, pour elle comme pour ceux qui se trouvent dans la même situation, qu'un décret leur rende leur légitimité et leur citoyenneté pleine et entière. Et que c’est tout le sens qu’elle souhaite donner à cet appel.

S Oling   6 janvier 2013

 

Commenter cet article

cloud storage providers 27/03/2014 13:29

It was really good reading up about Régine Sobol. The achievements of one great person can never be doubted at all and int his case it is so true. The various acts of valor and compassion really took me off my feat.