Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Rassembleur  d'Etincelles -

Un écrivain journaliste partage avec vous son univers, ses passions, ses coups de griffe à l'actualité et sa passion de la musique des mots

Pondichéry. Ete 1945.

Publié le 16 Juillet 2007 par Sarah Oling in extraits de livres publiés

Chaleur. Vacances. Tout autour de nous bruisse de ces mots incantatoires. Etre ou ne pas être en vacance...Alors, j'ai soigneusement rangé, pour quelques jours, mes envolées textuelles. Me suis replongée dans mon manuscrit, prête à le retravailler, en attendant l'éditeur qui le délivrera de la malédiction de Kali la Noire. Et voici que quelques ligne de mon "Sceau de Ganesh" m'ont semblé si "opportunes" que j'ai voulu vous les faire partager...

"(...) Même la Rue de la Marine jouait l'air de la nonchalance. Dans l'ashram, en ce premier jour de l'été 1945, l'école se vidait peu à peu. Seuls l'intendant et les quelques occupants permanents du lieu traversaient parfois la cour, habituellement bourdonnante de monde. Un chat se prélassait au soleil. Deux vaches avaient trouvé refuge à l'ombre de la fontaine. La moiteur avalait l'énergie de Pondichéry et les Pondichériens, eux, comme toujours, s'adaptaient. Le temps de la sieste, volets clos, était revenu. Dans les administrations, de gros ventilateurs, totalement inefficaces, ne chassaient que les mouches. Des fonctionnaires las attendaient la fin de la journée en s'éventant avec des feuilles de papier. Le soir venu, le front de mer retrouvait sa belle agitation. Une foule cosmopolite et joyeuse, mêlant tamouls et occidentaux, descendait, dès les premières heures de la soirée, envahir la plage. C'était le temps des jeux de ballon et des pique-nique, dans les jardins de la ville blanche. A Pondichéry la nantie, l'élégante, qu'un canal à peine séparait de Pondichéry la miséreuse, la grouillante, on vivait sans mauvaise conscience un des derniers étés sous tutelle coloniale...." 

Commenter cet article

BOULLIAT Jean-Claude 29/07/2007 15:47

Merci pour ces lignes imagées, suggestives, qui invitent au voyage...
Et si tu écrivais quelques mots sur l'été 2007 à Lyon ? Une variante estivale de Myrelingue la Brumeuse ...
Jean-Claude