Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Rassembleur  d'Etincelles -

Un écrivain journaliste partage avec vous son univers, ses passions, ses coups de griffe à l'actualité et sa passion de la musique des mots

Un Printemps annonciateur de tempêtes...

Publié le 11 Mars 2007 par Sarah Oling in ENTRE VOUS ET MOI... LES MOTS DU LIEN

Pardonnez à l'avance ce billet d'humeur, loin de mon univers littéraire, mais je suis comme nombre de Français, perturbée par la masse d'informations contradictoires venant des médias, pour laquelle je manque de pertinence d'analyse.

Six semaines. Six semaines avant le premier tour de l'élection présidentielle. Je suis lasse de voir se reproduire les mêmes dérives, convier les mêmes vieilles hydres à une messe médiatique infiniment perturbante. A force de répéter que les Français n'ont pas de conscience politique, que ce sont des enfants qu'il faut prendre par la main pour les aider à faire "le bon choix", je crains des lendemains peu glorieux.

 En d'autres temps, au nom de la "préférence nationale", Bruno Megret invoquait le droit du sang contre le droit du sol .Je me souviens des micro-trottoirs en 1998, dans les rues de Vitrolles, après l'annonce d'une mesure proposée par le même Bruno Megret, l'instauration d'une prime de naissance pour les parents Vitrollais français "de souche". Cette mesure ne fut heureusement pas appliquée. 

Ces derniers temps ressurgissent des propos qui m'inquiètent. De doite comme de gauche. Un exemple entre tant d'autres. Comment définir l'identité nationale? Qu'est-ce qu'une discrimination positive? Toutes questions que je me pose légitimement. Naître dans une famille française depuis plusieurs générations et, de ce simple fait, bénéficier d'une identité non remise en cause... Cela revient à privilégier, dès la naissance, des êtres, non pour ce qu'ils valent humainement, mais parce qu'ils répondent à des critères définis arbitrairement. L'identité nationale devient alors un concept lourd à digérer pour ceux, nombreux, qui n'en seront pas les bénéficiaires.

Ce n'est qu'un des aspects de cette campagne électorale où chacun des candidats tire à boulets rouges sur ceux de "l'autre camp". Droite, gauche, centre. La France ne serait donc qu'un territoire à conquérir?  Je ne doute pas que Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal ou François Bayrou, pour parler de ceux qui sont sur le devant de la scène, ne soient les uns et les autres animés de nobles pensées... Mais plus le temps passe, plus leurs interventions publiques donnent le sentiment de s'adresser non à leurs électeurs, mais au camp d'en face. C'est de notre avenir qu'il s'agit. Et la politique, lorsqu'elle se donne en spectacle, dessert la cause qu'elle affirme défendre.

 N'étant pas devin, et encore moins une fine analyste politique, je ne sais qui nous représentera bientôt. J'espère simplement qu'il ou elle n'en oubliera pas la grandeur et la hauteur de la tâche qui l'attend.

Commenter cet article