Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Rassembleur  d'Etincelles -

Un écrivain journaliste partage avec vous son univers, ses passions, ses coups de griffe à l'actualité et sa passion de la musique des mots

Un peintre en exil

Publié le 10 Juillet 2005 par Sarah Oling in Articles publiés par Sarah Oling

LYON.  SONIA BORENSTEIN     UN PEINTRE  EN EXIL

 En 1990, Suzanne Berthet, peintre oubliée de tous, disparaît sans éclat médiatique. Peu de temps après, Benoît Giraud, Docteur en Histoire de l’Art lyonnais, expert international auprès de l’ONU, croise la route de son neveu, qui vit dans la banlieue lyonnaise. Héritier de la collection de sa tante, lui -même arrivé au terme de sa vie, il cherche  celui qui pourra, en achetant  ses toiles, redonner force et vie à Sonia Borenstein, sa tante, morte sous le nom d’emprunt de Suzanne Berthet.

 Entre ces deux hommes, un lien se tisse, hors du champ habituel propre à une négociation. L’histoire de Sonia, racontée par son neveu, esquisse  la trame d’une vie aux débuts  prometteurs. Née à Varsovie en 1903, dans une famille de la haute bourgeoisie juive polonaise, Sonia Borenstein mène une existence protégée. Très jeune, elle révèle ses dispositions pour la peinture. Elle suit les cours de l’Ecole des Beaux-Arts de Varsovie. Ses œuvres d’alors semblent sereines. Puis viennent les années de cendres et la fuite de cette Pologne qui la rejette. Sonia Borenstein disparaît et renaît sous le nom de Suzanne Berthet. Commence alors pour l’artiste une vie d’exilée. D’abord réfugiée au Maroc, puis à Toulouse, elle se fixe définitivement à Paris. Sonia Borenstein travailla principalement en compagnie de Chagall, Soutine, Kats. Certaines de ses toiles sont révélatrices de ces espaces temps partagés avec ses camarades d’exil. D’autres témoignent de ses enracinements provisoires, du Maroc à Paris, d’Israël à Toulouse, où elle créa et exposa. Lumineuse et forte, son œuvre, près de 300 huiles, gouaches et dessins, révèle les lignes de fractures de la vie de cette artiste discrète. Elle laisse peu de traces de sa vie propre, ni photos, ni écrits.

 Pendant des années, en lien avec son neveu, Benoît Giraud tenta de sortir de  l’oubli l’œuvre de Sonia Borenstein. Devant la force d’inertie du marché de l’Art, réticent à exposer ou acheter une artiste « hors cote », il décida d’acquérir lui-même l’ensemble de la collection.  Le neveu de Sonia Borenstein décédé récemment, Benoît Giraud  se ressent désormais comme dépositaire de la mémoire de l’artiste. A travers cet article, il espère susciter un intérêt dans le monde juif pour que, selon sa propre expression « Sonia Borenstein se réveille parmi les siens ». L’ensemble de l’œuvre vient d’être répertoriée sur un CD-ROM.

 Sylviane Sarah Oling TJ  2001

 

Commenter cet article