Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Rassembleur  d'Etincelles -

Un écrivain journaliste partage avec vous son univers, ses passions, ses coups de griffe à l'actualité et sa passion de la musique des mots

Quelques mots pour un funambule...

Publié le 7 Août 2009 in ENTRE VOUS ET MOI... LES MOTS DU LIEN

Dix huit heure trente. Depuis ce matin, je tourne autour de l’impossibilité de mettre en mots et de l’impérieuse nécessité de le faire ce qui me lie désormais à Vous, dont je ne connais pas même le nom. Je ne sais que votre brutale et si brève apparition dans mon champ de vision, là, en face de moi, à quelques étages au dessus. Je vous ai entendu crier, il était environ 5 heures, il faisait encore nuit et si chaud déjà…Votre voix résonnait dans le silence, mêlée à un bruit d’objets remués violemment ou jetés peut-être. Rien à cette heure là ne me sembla clair, je vous croyais en bas, dans l’avenue Roberto Rossellini, suppliant que quelqu’un appelle la police. Ce que je fis, comme d’autres d’ailleurs.

Ce n’est que vers 6h, le jour s’étant levé, que je compris en levant la tête pour apercevoir le soleil naissant que cette journée prenait un très mauvais départ. Je vous ai vu, au quatorzième ou quinzième étage, assis les pieds dans le vide, agité, si agité que je commençais à trembler. Et à prier, une prière muette, adressée aux forces invisibles, pour qu’elles vous lient encore un peu à notre monde. J’ai rappelé la police, que pouvais-je faire d’autre ? Sur leurs conseils, pour éviter de vous provoquer involontairement, j’ai refermé les fenêtres, mais pas mon cœur…Ce violent sentiment d’inutilité qui me saisit alors, j’en ressens encore le goût âpre.

C’est vers 10h30 que je décidais d’ouvrir les fenêtres à nouveau, avec la folle espérance que les pompiers et les policiers qui avaient envahi le toit et les appartements voisins vous aient ramené de l’autre côté de votre désespoir. En une fulgurance, je vous ai vu vous pencher, puis tomber.

Pendant près de six heures, j’ai vécu à votre rythme, je ne sais ce qui a provoqué votre geste, je sais simplement que vous avez violemment percuté mon existence en décidant de mettre fin à la votre. Et cela m’a ramené à des images que je croyais distanciées… Celle de l’explosion de ma rue, la rue Jubin à Villeurbanne, en avril 2001, où je tenais dans ma main celle  d’une jeune femme blessée, après avoir vu mourir un pompier à mes côtés. Celle de scènes de ma vie de journaliste, où acteur et spectateur à la fois, je devais assurer des « directs » alors que des personnes perdaient leurs vies tout près de moi…Et d’autres encore qui appartiennent à mon histoire. Et que je vais devoir aller chercher au plus profond pour qu’elles ne m’étouffent pas un jour, par l’impuissance que j’ai, comme tout le monde d’ailleurs, à empêcher un être humain de décider de s’abstraire de sa propre vie.

Commenter cet article

Gloria Escomel 11/08/2009 18:28

D'accord. Cela manquait dans ton article, Sarah... Mais: Et au sol ? il n'y avait pas un dispositif pour empêcher qu'il ne s'écrase ? Ni, du toit, un filet pour le capturer ? Et de son ex, pas de paroles pour le retenir ?Remarque bien: je trouve que, s'il a mis 6 heures à se décider il a espéré jusqu'au bout que son chantage sentimental fonctionne et que sa bien-aimée lui revienne... mais ça n'a pas marché. Avait-elle raison de ne pas céder ? avait-elle tort ? Tout un roman, ma chère Sarah...Et puis, si cet homme n'avait pas d'autre raison de vivre que l'amour de cette femme-là, il avait le droit de choisir sa mort. Je suis en faveur du suicide. Mais dis-toi bien que ce genre de suicides-là, sont criminels pour les êtres quils accusent...  

sarah oling 11/08/2009 07:13

Mais si Gloria, la police a vraiment fait son travail, et j'imagine avec quelle violence ils ont vu, comme moi, tomber cet homme, dont j'ai appris qu'il avait 42 ans et que ce qui a en partie motivé son geste est la rupture avec sa compagne. Il y avait des policiers sur le toit et dans l'appartement même, avec l'ex compagne et la soeur... Mais comment empêcher quelqu'un, assis sur le rebord d'une fenêtre pendant près de 6h, d'aller jusqu'au bout de sa désespérance? Ce qui m'a le plus traumatisée, c'est de le voir juste en face de moi et de ne rien pouvoir faire... Alors tous ceux qui tentaient de le raisonner, j'imagine vraiment ce qu'a dû leur procurer cette fraction de seconde où il s'est laisser couler.. Je souhaite juste qu'il y ait un au-delà de ce monde qu'il a rejeté, où il soit en paix....

Gloria Escomel 11/08/2009 04:57

Il est absolument indignant de lire qu'entre un premier appel à 5 heures du matin et 10h 30, ni la police ni les pompiers n'ont absolument rien fait sinon de recommander de ne rien faire ! la non-assistance à personne en danger est ici tellement flagrante qu'il y aurait lieu de faire de procès ! Je ne sais pas si les lois en France sont aussi inhumaines ou si la négligence criminelle est récompensée mais cette histoire me met  absolument hors de moi.