Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Rassembleur  d'Etincelles -

Un écrivain journaliste partage avec vous son univers, ses passions, ses coups de griffe à l'actualité et sa passion de la musique des mots

Projet Aladin. Pour que la lumière de la connaissance chasse l'obscurantisme...

Publié le 5 Avril 2009 in ENTRE VOUS ET MOI... LES MOTS DU LIEN

Jacques Chirac a lancé le 27 mars dernier,  en compagnie de représentants de 30 pays réunis à l'UNESCO " le projet Aladin, programme éducatif visant à lutter contre le négationnisme de la Shoah dans le monde arabo-musulman."   Ce projet à l'initiative de la Fondation pour la mémoire de la Shoah vise à rendre disponibles en arabe, en persan et en turc des informations objectives sur le génocide des juifs pendant la Seconde guerre mondiale, les relations judéo-musulmanes et la culture juive. Il repose sur un site Internet www.projetaladin.org   qui présente en cinq langues (arabe, persan, turc, anglais et français) l'histoire de la Shoah, du peuple juif et des relations entre les musulmans et les juifs au cours des siècles.   Une bibliothèque numérique www.aladdinlibrary.org   rend accessible en arabe et persan des témoignages sur la Shoah, dont "Si c'est un homme" de Primo Levi et "Le Journal d'Anne Frank", traduits pour la première fois dans ces langues.


J'avais déjà analysé l'importance de la traduction de certains textes porteurs d'une forme de pédagogie de la Mémoire de la Shoa. C'est l' une des raisons qui m'avaient fait apprécier d'être éditée par Kamel M'Rad, le fondateur des Editions des Samsãra. Sans autre soutien que sa propre conviction d'homme et de citoyen enraciné dans deux cultures, il a récemment réédité tant en français qu'en arabe, la pièce de théâtre de Jacques Bruyas,  un texte sous forme de monologue, qui relate l'histoire tragique, dans le camp de Térézin,  du massacre de 480 enfants et d'un clown, la veille même de la libération du camp. Initiative privée qui va dans le sens de l'universel.

  Lors de la conférence lançant le projet Aladin, Jacques Chirac a apporté son soutien et celui de sa Fondation pour le dialogue des cultures à ce "combat pour rétablir la mémoire de la Shoah là où elle est niée, effacée, déformée", la "faire connaître (...) sans vouloir faire porter aux pays musulmans une culpabilité qui n'est pas la leur".   L'ancien président a exprimé son inquiétude face à la montée d'une "nouvelle haine des juifs" au Proche-Orient, étayée par le  conflit israélo-palestinien, phénomène que l'on retrouve également  en Europe.  Jacques Chirac a dénoncé dans son intervention  "l'apartheid insupportable de la mémoire" de la part de ceux qui affirment que l'Holocauste était "le problème des juifs". "Il n'est pas trop tard. Il n'y a aucune fatalité à la haine", a t'il affirmé.


  Je rappelle, pour triste mémoire, les "plaisanteries"haineuses de Dieudonné  et la réitération par Jean-Marie Le Pen de sa célèbre tirade sur   les camps de concentration, "point de détail" selon lui de l'histoire de la Seconde guerre mondiale. Ces personnages publics, relayés par les médias, même avec un esprit critique, laissent des traces dans l'inconscient de ceux qui, eux, n'ont pas la pleine maîtrise de la dialectique de la haine.


    Lors de cette intervention à l'Unesco,  Rachida Dati a lu un message de soutien du président Nicolas Sarkozy. Le Sénégalais Abdoulaye Wade, président en exercice de l'Organisation de la conférence islamique, l'ancien président mauritanien Ely Ould Mohamed Vall et Simone Veil, ancienne présidente de la Fondation pour la mémoire de la Shoah, étaient également présents, ainsi que des représentants de l'Egypte, de Tunisie, du Maroc, du Qatar, de Bahreïn, de Turquie, d'Indonésie ou de Bosnie.   Tous ont signé l'"appel à la conscience", déclaration symbolique prônant la lutte contre le négationnisme et "l'approfondissement d'un dialogue fondé sur la connaissance et le respect mutuels". 

   Ma foi en l'humain me porte à espérer que ce projet Aladin sera plus, bien plus, que de beaux discours et que demain, le génocide arménien, celui du Rwanda ou du Cambodge, entre tant d'autres,  deviendront pour l'Histoire, de même que la Shoa, une tache sur la conscience du monde que la Lumière de la connaissance contribuera à effacer.
 
 
 
Commenter cet article