Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Rassembleur  d'Etincelles -

Un écrivain journaliste partage avec vous son univers, ses passions, ses coups de griffe à l'actualité et sa passion de la musique des mots

Un temps de respiration, ou comment essayer d'être un "Mensh"

Publié le 21 Avril 2008 in ENTRE VOUS ET MOI... LES MOTS DU LIEN

En cette semaine de Pessah, la Pâque juive, toutes mes pensées se tournent vers mes absents, mon père  et ma mère et,  bien sûr, cet ange qui passa sans avoir le temps de devenir  « conscience et présence ». Puis je songe à ceux, sans visage connu de moi, qui devaient être ma lignée fondatrice et dont la trace s’est perdue dans les froides plaines de Silésie avant que je ne fasse souche. Ces absents-là sont ceux qui ont tissé la trame du tissu de ma  perpétuelle quête d’une forme d’harmonie universelle. Angélique souvent. Abreuvée et nourrie par ma rencontre avec des Mensh, des maîtres. André Chouraqui fut de ceux-là. Je le rencontrais pour la dernière fois, non à Jérusalem, où son bureau m’était devenu familier, mais à Lyon, où il venait présenter son dernier ouvrage  «Mon testament. Le feu de l’Alliance » paru chez Bayard.

Alors que porter sur soi le drapeau de son pays, pour un tibétain, peut être puni de la peine de mort, alors que partout dans le monde les guerres fratricides égrènent leur lente litanie des noms de ceux qui ne se relèveront pas de ces combats-là, alors que nous sommes toujours en attente du retour d’Ingrid Betancourt, j’ai relu cet ouvrage… Et je vous en livre un court extrait, sans raison autre que celle de partager quelques instants d’espérance avec vous :

" Aujourd’hui, j’espère plutôt que les hommes acceptent leurs diversités infinies et que malgré leur différence ou plutôt à cause d’elles, ils s’acceptent pour créature d’un même Créateur dans l’émerveillement de sa Création. (…) Le problème qui nous est posé à tous n’est pas la couleur du drapeau du ghetto dont on se réclame, mais d’être d’accord avec soi-même et avec les autres. Il n’est nul besoin d’une conversion autre qu’intérieure, reconnaître son Dieu, quel qu’en soit  le Nom et réaliser son idéal, qu’il soit  juif, chrétien ou musulman, en un mot, être un Homme digne de ce nom"…

Commenter cet article