Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Rassembleur  d'Etincelles -

Un écrivain journaliste partage avec vous son univers, ses passions, ses coups de griffe à l'actualité et sa passion de la musique des mots

Ecrire, dit-elle...

Publié le 24 Août 2016 par Sylviane Sarah Oling

Ecrire, dit-elle...
Depuis l’aube j’écris, et cela, cet acte-là, est un mystère, la crainte de la disparition du désir, peut-être.
 

Par ma fenêtre, des oiseaux  volent en cercle en s'interpellant. Ils se détachent sur le ciel d'un bleu pur . En bas, dans le petit jardin, un chien joyeux joue avec un bâton que son maître lui lance. Un peu plus loin, près du portique, une dame porte avec une grâce infinie un bébé emmitouflé dans ses bras. Moi, du onzième étage, je contemple ces vies en suspension, ces instants d'éternité, précieux, puisqu'au moment même où je les mets en mots, ils ne sont déjà plus que trace infime dans la marche du monde. Et je songe à ce trésor que nous possédons et qu'il m'arrive d'oublier, quand la vie se fait trop lourde. Ce merveilleux cadeau qui est offert à certains d'entre nous, dans une splendide universalité, la capacité d'espérer, de rêver, d'être les magiciens de notre devenir et parfois de celui de ceux qui sont empêchés de jouir de cette liberté.

 Et soudain, alors qu'hier était assombri par les poussières de nos lassitudes et de nos scories existentielles, aujourd'hui devient bon à vivre, à partager, pour peu qu'on lui redonne souffle et lumière. Je me dis qu'au nom de tous ceux qui n'ont comme perspective que l'absolue désespérance  d'une existence où l'Humain n'a comme horizon que la délivrance d'une mort annoncée, je me dois d'être passeur de ce que j'ai rencontré.

 

Et ce que j'ai rencontré, après avoir traversé dans ma jeune vie des épreuves si violentes que ma mémoire en a presque explosé, c'est la force de remonter parmi Vous,  parce que des mains se sont tendues vers moi. Il me fallut du temps pour me redonner la volonté de poursuivre la route  et de retrouver  la foi en l'Humain. De longues années d'apprentissage pour percevoir que ce qui m'avait bousculé  n'était  pas fatalité, mais apprentissage. Ce que des êtres avaient défait, dans le chaos, d'autres, des maîtres éclairés, le reconstruisirent, pierre à pierre.

Mais j'ai gardé de ce temps une perception presque viscérale de la souffrance du Monde. C'est de là que vient ce que certains appellent mon "angélisme" et que je nommerais plus simplement mon passage de l'ombre à la lumière.

Je vois maintenant l'Autre dans sa dimension d'inachevé avec tendresse et respect. Je sais qu'il faut si peu pour basculer. Je sais surtout que tendre la main, partager un sourire, un regard, des instants éphémères, nous sont une nourriture indispensable pour continuer à aller de l'avant. Acceptons d'être fragiles parfois, d'être dans le rire puis les larmes, dans le ressentiment et la peine, mais en n'oubliant pas la force du lien qui nous relie au vivant.

S Oling

 

Commenter cet article

Astrid Shriqui Garain 24/08/2016 11:51

Sarah ,.. comme vos mots sont des nôtres. Merci de mettre de si belles et touchantes confidences en nous. Du bien, vos mots font du bien. Amitiés.

lucie 24/08/2016 11:25

Un merveilleux hymne à la vie !

Dominique 24/08/2016 11:17

Sarah, rêvons avec vous... Suivons vos traces...