Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Rassembleur  d'Etincelles -

Un écrivain journaliste partage avec vous son univers, ses passions, ses coups de griffe à l'actualité et sa passion de la musique des mots

Des raisons d'espérer...

Publié le 24 Mai 2015 par Sylviane Sarah Oling

Des raisons d'espérer...

Finalisant la mise en lumière espérée de ce livre, dont j'ai situé la genèse à Pondichéry, j’ai retrouvé de précieux documents, héritage d’une amie, qui lui furent confiés par un des disciples de l’ashram de Sri Aurobindo, où se déroule une partie de l'histoire. Parmi eux, les agendas de Mirra Alfassa, compagne de Sri Aurobindo, appelée familièrement la Mère, des originaux de courriers de Philippe Etienne François Barbier-Saint-Hilaire , un polytechnicien parisien qui, sous le nom de Pavitra, devint disciple puis secrétaire général de l'Ashram, des photos, des cartes de vœux émis de l’ashram et une longue lettre de Satprem adressée à ses « amis lointains ». Satprem, de son vrai nom Bernard Enginger, est mort en avril 2007, laissant derrière lui une bibliographie importante. Après être entré en 1942 dans un réseau de résistance de la région de Bordeaux, il a à peine vingt ans, lorsqu’il est arrêté par la Gestapo et passe un an et demi dans le camp de concentration de Mauthausen. Il se retrouve ensuite en Haute-Égypte, puis en Inde, au gouvernement de Pondichéry, c’est là qu’il rencontre Aurobindo et La Mère. Leur destinée sera désormais liée. Après la mort de ses deux maîtres, Satprem parcourt le monde, en quête perpétuelle de l’évolution de l’Homme.

Et c’est en relisant cette lettre que je n’ai pu m’empêcher de faire un parallèle avec notre actualité. Oui ! Le monde va mal, en quête de repères, de raisons d’espérer ou de cesser de désespérer. Pris dans un maëlstrom d’informations descendantes, la sidération après les attentats contre Charlie Hebdo et l'hypercasher en janvier dernier, crise économique, perte de sens, où se tourner pour trouver un peu de lumière et de force ?

Je vous livre des extraits de cette lettre de Satprem, datée de février 1978, adressée de Nandanam, non comme une tentative de réponse, mais comme un chemin de possible réconciliation avec soi-même et les autres. Pour en quelque sorte opposer une vision désespérée à une vision utopiste de l’avenir. L’un et l’autre étant des extrêmes, cela nous conduira, peut-être, à la Voie du Milieu…

«(…) Nous sommes dispersés, éloignés, chacun sur son petit continent, avec de petits et grands soucis, et la vie de tous les jours. Pourtant ce n’est plus comme tous les jours, une lumière cherche à se glisser à travers les fils de notre trame, si nous le voulons bien. Que pouvons-nous faire pour hâter son Moment ? Il faudrait tellement que cela aille plus vite. La terre est douloureuse, nos petits sentiments sont si gris et périmés(…) Certainement, la plus grande aide est d’appeler cette « autre chose », ce demain de la Terre, dans son cœur, dans ses actes, dans ses pensées, avec chaque pas, chaque geste, sourdement, obstinément comme on cogne à une porte, comme un appel d’oxygène et l’espace d’un sourire dans cette grisaille. Appeler, c’est faire invisiblement pousser des ailes, c’est faire un trou dans la carapace de l’habitude. (…) Vous qui aimez Mère, qui avez senti ce sourire, ce grand possible battre, donnez-vous un peu. Sortez de votre coquille. Allez porter cet imperceptible frémissement du Monde nouveau. (…) Que notre sourire embrasse toujours plus de sourires. Pour que la terre soit légère. Ensemble ! Satprem »

Commenter cet article