Rassembleur  d'Etincelles -

Articles récents

Librairie Presse Vitton - 1001 pages

19 Avril 2014 , Rédigé par Sarah Oling

Sarah Oling shared Librairie Presse Vitton - 1001 pages's status update.

Publié depuis Facebook

18 Avril 2014 , Rédigé par Sarah Oling

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=42013 ENTRE ORIENT ET OCCIDENT ; DE LA COMPLEXITÉ DU MONDE Entretiens avec Paul Amar, Raymond Barre, André Chouraqui, Alain Jakubowicz sylviane sarah oling Préface de Gérard Collomb COMMUNICATION, MÉDIAS EUROPE France Cet ouvrage regroupe une douzaine d'entretiens de l'auteur avec des hommes, journalistes, politiques ou artistes, qui se sont exprimés sur des sujets majeurs, tels que la problématique du Proche-Orient ou le pouvoir de l'image et dont les paroles ont traversé le temps sans l'altérer.

Sarah Oling shared Librairie Presse Vitton - 1001...

18 Avril 2014 , Rédigé par Sarah Oling

Sarah Oling shared Librairie Presse Vitton - 1001 pages's event.

Dédicace de " Tes absents tu nommeras" :
« Telle une étoile issue du big bang, Élise est née de l’explosion d’autres vies. Famille en miettes,
personnalité fragmentée, Élise veut comprendre le sens du destin hors du commun qui semble s’acharner
sur elle. Mais, avant tout, il faut survivre et avancer, quitte à endosser provisoirement une personnalité
armure nommée Léah. Comme dans une fresque romanesque épique, avec une détermination et une
obstination enracinées dans un instinct de survie dont elle n’a même pas conscience, Élise traverse les
épreuves et collecte en chacune, au détour d’une rencontre, au détour d’un lieu, un fragment de vérité. De
tous ces morceaux épars, elle va reconstituer la mosaïque de son histoire personnelle. Et lorsque la
mosaïque est enfin complétée, l’oeil oublie les fragments brisés qui la composent pour ne retenir que
l’image sublimée qu’elle révèle. »
L’AUTEUR

Elle présentera aussi son nouvel ouvrage :
Entret orient et occident De la complexité du monde ouvrage préfacé par Gérard collomb
Sylviane Sarah Oling est journaliste et écrivain. Elle se définit elle-même comme une humaniste engagée et une utopiste lucide, ancrée dans la

Sgnature Dédicace Librairie du Tramway lyon 3°

30 Mars 2014 , Rédigé par Sylviane Sarah Oling Publié dans #ACTUALITES

Sgnature Dédicace Librairie du Tramway lyon 3°
Extrait de la newsletter de
La Librairie du Tramway
92 rue de Moncey, 69003 Lyon
Régionale de l’étape d’avril : Sylviane Sarah Oling

La prochaine auteure régionale que nous recevrons est Sylviane Sarah Oling, qui dédicacera son livre Entre Orient et Occident ; De la complexité du monde (ed. L’Harmattan) le samedi 12 avril de 14h à 16h. Cet ouvrage réunit des entretiens que l’auteure journaliste a réalisé avec des personnalités telles que Paul Amar, Raymond Barre ou encore André Chouraqui.

A noter, ce livre a été préfacé par Gérard Collomb.

Des livres qui choisissent leur destin…et se mettent en marche

16 Mars 2014 , Rédigé par Sylviane Sarah Oling

C’était il y a quelques jours à Paris. Alors que je me rendais chez mon éditeur, mon amie, qui est mon guide culturel dans cette ville où chaque quartier recèle une histoire particulière, me parle d’une bibliothèque mystérieuse. Une bibliothèque sans personne qui achète les livres, ni ne les inventorie, ni surtout ne les vends. Et pourtant ces livres « vivent », ne sont jamais statiques, d’un jour à l’autre peuvent croitre et se multiplier, mais également disparaitre. Oui, une bibliothèque mystérieuse. Mon imaginaire commence à travailler. Cette bibliothèque sans portes ni gardien, qui est tout sauf un « cimetière des livres oubliés » se trouve à Montparnasse, plus exactement au cœur du complexe de cinéma Les Sept Parnassiens. Elle est née à l’initiative d’un homme, Jean François Merle, le propriétaire du cinéma l’Élysée Lincoln. Bibliothèque modeste, par sa taille, deux pans de murs , mais ambitieuse et noble par son concept. Une affiche en conte la genèse
« Les Russes appellent les papiers qui disparaissent « des papiers à pattes ».
Selon eux ces papiers introuvables sont dotés d’une vie propre. On ne les égare pas, ils choisissent eux-mêmes leur destin.
S’inspirant de cette expression, les Sept Parnassiens ont décidé de mettre à la disposition des spectateurs et des gens du quartier des « livres à pattes ».
Le principe est simple : chacun peut choisir un livre dans la bibliothèque et l’emporter sous la seule condition de le remplacer par un autre. Ainsi les livres circuleront librement sans intermédiaire avec pour tout viatique l’attrait de leur titre et de leur auteur.
Livres classiques et livres inconnus s’échangeront au gré des lecteurs. Certains disparaîtront à jamais, d’autre réapparaîtront par intermittence ….
Derrière cette démarche naïve et audacieuse se cache une idée de partage et de relations entre passionnés de littérature et de cinéma. Pour l’appuyer encore, nous proposons un tableau où les lecteurs pourront afficher les livres qu’ils souhaitent trouver ou retrouver…
Que chacun joue le jeu et notre humble bibliothèque donnera vie aux livres aimés et permettra la découverte de nouveaux livres à aimer… »

Oui une idée ambitieuse et noble. Les livres que nous aimons sont faits pour voyager, pas pour prendre la poussière derrière des vitrines. Ils sont vecteurs de rencontres, d’échange, de vie, en somme.

S Oling mars 2014

Entre Orient et Occident. Article de Rachel Dallongeville

26 Janvier 2014 , Rédigé par Sylviane Sarah Oling Publié dans #ACTUALITES

"Sylviane Sarah OLING nous donne, de nouveau, rendez-vous, avec la signature de son dernier ouvrage intitulé: "Entre Orient et Occident. De la complexité du monde" édité chez L'Harmattan. Journaliste et écrivain, l'auteure, décidément prolixe, présente le monde et sa complexité, à travers de nombreux entretiens relatifs aux problématiques de notre temps. Elle y interviewe des personnalités connues, telles que les journalistes Paul Amar et Charles Enderlin, l'ancien Ministre et Maire de Lyon Raymond Barre, le bibliste émérite André Chouraqui, l'avocat lyonnais Mte.Jacubowicz, ainsi que divers artistes.

L'ouvrage présente différentes approches du monde, déclinées selon les sujets évoqués: le Proche Orient, la Justice, le rôle prépondérant de la communication en politique, le pouvoir de l'image, la place de la citoyenneté, l'implication de l'artiste dans la société. En pygmalion de la parole, l'auteure sait, de façon complète et concise, mettre en relief la pertinence des propos, tout en restant fidèle à la personnalité de ses interlocuteurs.

Préfacé par Gérard Collomb Maire de Lyon, ce livre s'inscrit parfaitement dans le parcours citoyen et militant que mène Sylviane Sarah Oling depuis de longues années."

Rachel Dallongeville 24 janvier 2014

Donner la main, don de soi. Quand une rencontre devient une évidence.

14 Décembre 2013 , Rédigé par Sylviane Sarah Oling Publié dans #ENTRE VOUS ET MOI... LES MOTS DU LIEN

Etre journaliste, c’est avant tout rendre compte, donner à voir et entendre  le monde, permettre la résonance.  Etre journaliste, c’est être aussi un veilleur et parfois un éveilleur. C’est dans cet esprit que je me suis rendue  le 12 octobre dernier  au restaurant le Basilik , un lieu hors du temps,  sur les hauteurs de Fourvière,  pour assister à un point presse. Point presse sur le lancement d’une pétition en ligne sur le don d’organes, à l’invitation de Jean-Marc Roffat, lui-même journaliste, avec une belle carrière tant au sein de Télé Lyon Métropole qu’au Progrès ou à la radio Lyon 1ere.  Journaliste, certes, mais pas seulement… Jean Marc Roffat est un homme engagé et fédérateur. Il est le président de l’association caritative Donner la main, don de soi. Fédérateur… Et à en juger par la présence en nombre ce soir-là pour assister à son « message de Noel », il sait convaincre de l’importance du don de soi. Convaincre, comme le furent avant eux Monseigneur Barbarin, le Pr Jean-Louis Touraine, ou Christian Têtedoie, Marie Laure Bert-Soum, la responsable du Basilik, et son chef Sylvain Gonnet, d’être les parrains de l’association, pour être parmi les passeurs du message sur « le don de soi ».

 donner-la-vie-basilik-12-decembre-2013-013-copie-2.JPGphoto: Monseigneur Barbarin. J.M Roffat

Au cours de cette soirée, c’est par la voie d’enfants ou de familles touchées par la maladie ou la mort d’un proche que le message fut transmis. Décider de son vivant de donner de soi, une part de soi, lorsque le voyage se termine pour nous, c’est acter de l’importance de la continuité de la vie. Un acte fondateur. Et c’est ainsi que j’ai rejoint les très nombreux porteurs de cette carte qui précise ma volonté de donner mes organes lorsque les temps seront venus. Comme le fit Monseigneur Barbarin, qui, après avoir traversé un épisode de santé difficile, honora de sa présence chaleureuse cette réunion. Comme le fit également Bruno Ramus, le père du jeune chirurgien lyonnais mort dans un accident d’avion, alors qu’il était en mission pour chercher un greffon, lui aussi présent.  Jean Marc Roffat peut être légitimement fier de ce qu’il a généré.  Je lui ai demandé ce qu’il voulait transmettre :

« Mon travail de journaliste m’a permis depuis plus de 20 ans de comprendre que nous avons un pouvoir. Les journalistes ont le pouvoir de bouleverser des vies, parfois de les sauver, souvent de les améliorer. Tout simplement en médiatisant les cas d’urgence. Donner la parole à ceux en souffrance est déjà une première réponse. Montrer au monde qu’ils ne sont plus seuls. Que leur combat n’est plus vain mais qu’il est partagé par un peu d’attention. C’est pour cela que je souffre quand la presse ne se déplace pas pour donner l’alerte sur tel ou tel cas d’urgence touchant souvent des enfants ou des personnes en grande détresse. C’est ainsi que donner la main, don de soi a pour mission de médiatiser ces cas d’urgence et d’organiser de grands événements pour les soutenir. Notre beau message de Noël est simple et gratuit à la fois. Simplement de faire dire aux jeunes : "le plus beau cadeau de Noël est de me promettre un jour de sauver une vie"... Nous voulons ouvrir le débat à la jeunesse pour réveiller les consciences, c’est pour cela que nous lançons cette pétition à l’attention du Président de la République. Car trop de personnes décèdent faute de greffe, car nous ne sommes pas assez nombreux à en parler dans nos familles et à prendre notre carte de donneur... Mon "Yalla" à moi, c’est "Donnez-vous la main" ! Car il n’y a pas de solution, il n’y a pas de réussite, il n’y a pas de délivrance lorsque l’on agit seul... On a besoin de vous, de votre générosité pour nos grands combats... Et on le fait jusqu’à présent avec succès et sans argent... » 

Pour soutenir l’action de Donner la main, don de soi, je vous invite à signer la pétition en ligne sur le don d’organes, adressée au Président de la République.

http://www.avaaz.org/fr/petition/President_de_la_Republique_Francaise_Debat_national_aupres_des_jeunes_sur_le_don_dorgane//?launch

Sylviane Sarah Oling

 

Que serais-je sans vous....

14 Septembre 2013 , Rédigé par Sylviane Sarah Oling Publié dans #ENTRE VOUS ET MOI... LES MOTS DU LIEN

 C'est toujours flatteur d'être interviewé dans la presse régionale, (article de Bernard Jadot  du 30/08 dans le Progrès de Villeurbanne) à propos d'un nouveau livre,  la promotion venant juste de commencer pour  "Tes absents tu nommeras" paru ces jours-ci aux Editions L'Harmattan. Mais comment exprimer l'émotion de découvrir sur le site d'Amazon  le commentaire d'une lectrice anonyme? Lorsqu'un livre est publié, il ne nous appartient plus. Son destin est fait de rencontres, parfois manquées, parfois belles et fortes comme celle qui se fit  avec  cette lectrice que j'aimerai tant rencontrer hors de l'espace virtuel. C'est pourquoi je reproduis ce commentaire dans son intégralité, espérant qu'elle me fasse un signe...

 "  D’une pépite, cet objet littéraire a les caractéristiques. Petit, d’aspect singulier, perdu au milieu d’une sablière d’ouvrages formatés au point d’en être interchangeables, il faut un peu de chance ou beaucoup de perspicacité pour le découvrir et en reconnaître la valeur intrinsèque. C’est l’histoire d’Elise qui, pour continuer à vivre, entreprend de reconstruire la légende de sa filiation à travers un siécle d’espoirs, de tourmentes, d’exodes et d’exploration du sentiment amoureux sur fond de sixties Sex and Drug and Rock’n Roll. Il lui faudra user d’artifices en changeant de nom pour fuir un passé trop lourd, mais aussi rencontrer les belles âmes qui la guideront sur le chemin du retour à la vie et de son identité. La forme de ce roman peut-être déroutante par ses allers et retours à travers les époques et parce qu’il est construit comme un puzzle, chaque chapître révèlant un morceau d’histoire, pour ne dévoiler qu’à la fin de ce parcours vers la lumière l’image entiére d’une vie. Même si rien ne semble avoir été épargné à l’héroïne, plongée dans un monde hallucinant fait de douleur, de peur, de violence et d’incommunicabilité, elle en émerge humaine et attachante, sans doute parce qu’elle nous renvoie à la question qui nous tenaille tous : d’où venons-nous ? Comme à toute quête généalogique, il n’existe pas de réponse définitive, seulement des hypothèses, et c’est sur une hypothèse optimiste que se referme ce roman qui ne peut laisser indifférent."

 

Et je rajoute, pour ceux qui sont de la région, et peut-être pour la mystérieuse  qui me laissa ce commentaire sur Amazon, que je serai présente à la Librairie Lettres à croquer Cours Emile Zola à 69100 Villeurbanne le samedi 12 octobre prochain à partir de 16h pour une rencontre dédicace.

 

Sylviane Sarah Oling

L'Homme qui traverse le pont du Change chaque matin...

28 Avril 2013 , Rédigé par Sylviane Sarah Oling Publié dans #ENTRE VOUS ET MOI... LES MOTS DU LIEN

Ce monde semble avoir perdu tout repère... Demeurent cependant des ilots de résistance à la désespérance, des raisons de croire en l'humanité. De penser que demain sera, sinon radieux, du moins apaisé. Cependant, cependant, pour croire, il faut souvent expérimenter l'autre versant, faire l'expérience du vide... 

 

2613071379_a63485cfdb.jpg

"L'homme qui traverse le pont du Change chaque matin"

Pendant très longtemps, il n'y eut que la faim pour occuper son espace intérieur. La faim pour unique architecture, unique embryon de pensée. La faim, qui le tenait encore debout, juste parce qu'elle réclamait jusqu'à la dernière des parcelles de ce qui fut un être pensant en lui, pour tenter de s'apaiser. La faim exigeante et dominatrice, assassinait jusqu'au concept même d'une folle espérance de l'instant où elle ne serait plus.

 

 Pourtant, un matin, les oiseaux revinrent, puis avec eux la pluie et le soleil. La terre redevint nourricière, belle et bonne à ensemencer, puis à cultiver. La faim fut bannie, du moins de son espace à lui. Alors commença la quête. Son corps apaisé, son esprit s'ouvrit à une autre faim, tout aussi impérieuse, celle du Savoir.

 

 Il abandonna sa terre devenue fertile. Oublia jusqu'au nom même qu'il portait en ce lieu. Et devint un cherchant. Sans terre mais pas sans fondations, du moins le croyait-il...Il dévora des livres, dans une joyeuse impatience, sans ordre ni mesure. Puis organisa de pantagruéliques banquets avec ceux qu'il considérait comme ses maîtres à penser. Ne les estima pas à la hauteur de sa faim. Embrassa toutes les religions. N'en choisit aucune. Plus il se croyait devenir "savant", plus son rapport au monde se rétrécissait.

 

Alors, il se souvint d'une conversation avec un de ses maîtres, au début du voyage. Une phrase, quelques mots auxquels ils n'avait prêté aucune attention, persuadé d'être sur la voie. « N’oublie jamais que tu es la somme et le commencement de tout »

 

Il reprit son bâton de pèlerin. Revint sur sa terre originelle. Comprit que sans le soleil, la pluie, les oiseaux, le blé ne pouvait germer. Et qu'un homme, pour être uni avec la Terre et  ses semblables en Humanité,  ne pouvait exister en étant que matière ou qu'esprit.

 

Et c’est ainsi que chaque matin, il surgit de nulle part, franchit le pont du Change, arrive sur le parvis du Temple, sort d’une de ses poches des graines multicolores, les lance à la volée et chante, devant des passants médusés. Il ne les regarde pas et cependant les appelle, ne leur sourit pas et pourtant les irradie de lumière, tandis que des oiseaux se regroupent autour de lui. Il a cessé d’attendre. Il est…

 

S Oling Avril 2013

Renouveau...

16 Mars 2013 , Rédigé par Sylviane Sarah Oling Publié dans #ENTRE VOUS ET MOI... LES MOTS DU LIEN

 8659875_36b554661f.jpgDepuis l’aube de l’humanité, l’espérance est le fil et la trame qui relient entre eux la mosaïque des êtres humains, de quelque horizon qu’ils viennent et demeurent. L’espérance en des temps nouveaux, ici ou ailleurs, mais forts d’une promesse, et peu importe la langue dans laquelle elle est pensée,   exprimée , appelée. 
 
 Renouveau. Le renouveau… qui est parfois si infime, si subtil que l’on risque de l’ignorer. Un geste, un mot… parfois une musique, quelques pages qui vous transcendent, une lecture, selon la belle expression de Marc Alain Ouaknine, aux éclats, des mots qui font sens, qui redonnent le désir d’aller plus loin, de l’autre côté de nos chemins balisés, partir à l’aventure, pour une possible découverte de raisons de croire que demain sera plus fertile qu’aujourd’hui. Des éclats de mots qui font sens, oui, et lèvent enfin le voile qui emprisonne la lumière, appellent à un désir soudain de bousculer le cours de notre existence. Et sont contagieux…

 

Renouveau. Réelle contagion de la folle espérance de devenir nous-mêmes un être nouveau, fruit d’une germination belle et bonne, le blé a repoussé, la lumière se fait plus intense, l’Amour, qui n’est pas un concept galvaudé, a redonné force et vigueur à ses jumelles, la connaissance intuitive de ce qui peut nous mettre en mouvement, et la tranquille certitude que, quoi qu’il arrive, tout renait, un jour, les déserts refleurissent, ils possèdent en eux une goutte d’eau qui deviendra, si les conditions sont favorables, une source vive.

 Nous sommes parfois des déserts, lorsque la vie ne nous abreuve pas ou que nous ne savons pas où se trouve la source, mais des déserts en devenir de rencontrer notre source, l’Autre, qui n'est autre que nous-mêmes, mais pas seulement...

S Oling mars 2013

 

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog